Le prix libre

Le prix libre, c'est la liberté donnée au consommateur de choisir entièrement le montant du prix du bien ou du service qu'il achète.

Ce qui est libre, c'est le montant du prix, pas le fait de choisir de payer ou non.

 

Cette technique est bien adaptée aux ventes pour lesquelles les charges ne sont pas importantes, ou réparties sur un très grand nombre de consommateurs. Il faut donc faire très attention avant de choisir de mettre en place cette tarification, et étudier à fond son budget prévisionnel : le but n'est pas de mettre sa structure ou son événement en danger : parfois le prix libre est adapté et permet au moins de rentrer dans ses frais, ou de faire une petite marge, parfois il vaut mieux basculer sur d'autres systèmes, comme le prix à la fourchette.

 

L'expérience montre que si la mise en place d'un prix libre n'est pas associée à une communication importante sur le coût du produit, et à un passage obligatoire à la caisse, elle reste difficile à rendre rentable.

 

Les raisons de mettre en place ce type de tarification sont multiples, mais les deux principales sont :

  • la volonté de permettre à chacun-e d'accéder au même produit quel que soit son niveau de vie (en mettant en place un système de redistribution sur la base du volontariat : les plus riches payent plus pour que les plus pauvres puissent payer moins)
  • l'envie de donner l'occasion au consommateur de réfléchir en profondeur sur ce qu'il a fallu mettre en œuvre pour qu'il puisse au final profiter de son bien/service/événement (les choses ne se font pas d'un coup de baguette magique, et quand on ne fait pas partie du métier, il est difficile de se rendre compte de tout ce qu'il faut pour en arriver là ...)

Idées reçues sur un prix pas si commun ...

"Ah, c'est prix libre ? C'est gratuit alors !"

ou encore le bien connu :

"Ah bah je peux donner 10 cts hein ?"

Non, prix libre n'est pas gratuit. Ce qui est libre, c'est le montant du prix, pas le fait de payer ou non.

 

Choisir de mettre en place un tarif prix libre, c'est une grande confiance qui est donnée au consommateur. C'est lui dire, pour une fois : faisons ensemble, je te crois assez responsable pour ce faire.

 

C'est une marque de confiance, donc, mais du coup une responsabilité importante donnée au consommateur :

Si il/elle n'en prend pas la mesure, et fait pencher le prix libre vers une gratuité ou des tarifs bien en dessous du prix de revient, et ce consciemment, c'est elle/lui qui se tire une balle dans le pied : il est probable que la personne ou la structure ne pourra plus proposer ses prestations de cette façon par la suite.

"Ouais, vous faites du prix libre pour pas avoir à réfléchir vous même le prix, vous savez pas faire"

En règle générale, les structures qui mettent du prix libre en place sont très conscientes de la valeur de leur travail. C'est ce niveau de conscience qui les pousse à vouloir partager la réflexion avec le consommateur.

 

De plus, mettre en place du prix libre, c'est beaucoup plus de boulot et de prise de risque.

Il y a notamment un gros travail de vulgarisation et de communication à mettre en place pour que cette technique soit correctement utilisée.

"Oui mais faire du prix libre et miser sur le fait qu'on donnera plus par générosité ou par peur de culpabiliser, c'est un peu facile ...

Vous vous faites plein de thunes en fait !!!"

Les raisons pour lesquelles les structures choisissent de mettre en place du prix libre sont en général extrêmement éloignées de celles-ci, qui sont qui plus est erronées.

 

En effet, le principe du prix libre se base sur une idée simple : pour que ça fonctionne, il faut que chacun puisse faire un choix en conscience, en prenant en compte tous les aspects de la question.

 

Sauf que, dans les faits, chacun-e est pris-e dans un contexte financier qui lui est propre. Que quand on n'a pas un rond, c'est difficile de ne pas essayer de tirer les prix au maximum, même avec la meilleure volonté du monde. Ce n'est pas un jugement, mais un constat.

Dans ce contexte, les prestations à prix libre deviennent la variable d'ajustement des budgets serrés, au lieu de rester le lieu de réflexion sur la valeur du travail fournit qu'elles devraient être.

 

Ajoutons à cela que, comme expliqué plus haut, l'un des principes du prix libre est la redistribution des richesses. Ceux/celles qui ont plus sont censés mettre plus pour ceux/celles qui ont moins.

 

Sauf que, dans les faits, les premiers sont infiniment moins nombreux que les seconds. Alors même quand les plus nantis payent au prix fort, et même parfois avec un bonus "redistribution", ça ne peut pas suffire à rattraper.